Les bijoux et leur histoire

En général, les bijoux désignent toux ces objets avec lesquels l'homme, à partir d'un instinct congénitale, s'orne. Dans ce sens, tous les objets de la nature sont considérés des bijoux : par exemple, les feuilles, les fleurs, les coquillages brillants, etc., tous les produits synthétiques, fabriqués de tout matériel, par exemple l'argile, etc.

Bijoux

Les peuples de l’époque primitive ont trouvé le plaisir dans tels bijoux simples. On remarque la même chose aux peuples primitifs de nos jours. L'homme, grâce à son inclination vers le beauté, a donné attention aux matières plus brillantes, plus précieuses, ainsi que l'argile a été changée en bronze et sa place a été occupée par l'or brillant et de verre.

Depuis les plus anciens temps et jusqu'au présent, le bijou est cet objet qui est utilisé pour l'ornement du corps humain, étant composé des substances précieuses, des métaux, des pierres précieuses et d’émaux. Les bijoux qui sont formés des métaux précieux et pas des pierres précieuses, seulement après l'apparence ils semblent à eaux, s'appellent des bijoux faux.

Il y a certains peuples sauvages qui ne s'habillent pas, mais qui portent des bijoux dans leur manière. Dans le cas des peuples qui s'habillent, le bijou appartient au costume, celui étant un élément important du costume.

Bijoux Bijoux

Prenant en considération l’existence du bijou dans le sens ancien et aussi dans le sens d'aujourd'hui, il résulte le fait que le bijou est un élément important de l'histoire de l’évolution de l'homme, et aussi les autres objets d'utilisation, exprimant la manière de vivre, les coutumes et aussi le mode de penser de quelques peuples et époques. Dans cette circonstance, les bijoux ont une plus grande importance que leurs parents proches, les objets orfèvrerie, fabriqués des métaux précieux. Ceux mentionnés antérieurement sont des objets simples comme utilisation et, grâce à leur substance précieuse, ils servent à l'ornement des maisons.

L'homme s'orne avec des bijoux. Dans cette manière, le bijou nous présente l'homme, nous révèle la profusion de son âme. On peut observer que, pendant les années, l'homme a essayé d'utiliser les objets usuels aux divers buts, mais dans aucun domaine de son activité il n'a été pas si ingénieux comme dans la production des bijoux. Par exemple, les vases sont de plusieurs types, mais elles ne s'approchent à la diversité des bijoux.

Une caractéristique signifiante est le fait que l'homme ne peut oublier aucun part de son corps. Les bijoux pour la tête : la couronne, la diadème, la courroie, les diverses formes de l'arque des cheveux, le peigne, la chaînette, les diverses fleurs, les boucles d'oreilles, le collier, le médaillon, la croix, le cœur, la rangée des perles etc. Les bijoux pour le cou ou pour la poitrine : broche, trou etc. Les bijoux de la taille : diverses chais et courroies, boucles de ceinture, buttons, horloge, bouteille parfumée, sac etc. Les bijoux de bras : bracelet, chaînette et diverses bibelots. Les bijoux de doigts : bagues, dont diversité est près infinité. Armes : casque, armure, blason, sabre etc, qui sont les bijoux des hommes.

La forme du bijou dépend de leur destination. La destination de la majorité des bijoux est d'orner une partie du corps : tête, cou, bras, doigts, jambes et taille. Grâce à son destination, la majorité des bijoux ont une forme ronde. D'autres formes : d'aiguille et de boucle de ceinture. Le plus simple et général élément ornemental est le bouton et aussi les formes qui résultent de la torsion du fil métallique. On ajout les objets de la nature, les miniatures des plantes et des animaux.

Le moyens d'expression des effets colorés sont l’émail et la pierre précieuse. Les Français font la distinction entre les bijoux ornementés avec émail et ceux avec pierre précieuse, les derniers étant nommés : bijouterie, l'autre joaillerie.

Aux peuples antiques, le bijou avait aussi une caractéristique symbolique. Ainsi, aux égyptiens, les plus importants éléments des bijoux ornementés avec émail, à l'exception du lotus, ont été le serpent uraeus, le faucon, le vautour et le hanneton. Sur les parrois des tombes des égyptiens, les figures portent des bijoux en or. Diverses inscriptions certifient le fait que les pierres précieuses ont été exploités par les égyptiens de l'Arabe de Sud. Les bijoux découverts dans le tombe de la reine Aah-Hotep et ceux du tombe de la mère de Amosis prouvent le fait qu'il y a cinq milles an, dans l’Égypte les bijoux ont attiré la perfection de la forme et de l'usinage.
L’élément principal des bijoux des phéniciens et des étrusques représente le rangé d'or, des animaux symboliques : le lion, le serpent, etc. ; apparaissent aussi, mais plus rarement. Pareilles au bijoux sont les figures illustrés sur les ornements en relief des assyriens. Sur ces ornements, l'ourlet des robes, la courroie et la boucle de ceinture sont composés des roses, l'ornement principal de la diadème est la rose. La rose est formée, sans exception, de petites perles. On connaît les bijoux des grecs de ce temps grâce aux objets creusés par Schliemann en Hisarlik, particulièrement en Mykanae, celui faisant connaissance avec les éléments de l’art d'Asie. Le bijou grecque a aussi quelques éléments des égyptiens. Avec le développement général de l'art, le bijou a obtenu une forme plus distincte, même sans l'effet des couleurs, la valeur du bijou constant seulement dans la beauté de la forme.

Les romans ont hérité l'or des étrusques et des grecs. Plus tard, ils ont été enrichis avec d'autres éléments et grâce à leur style pompeux, ils ont introduit les pierres précieuses. Dans cette direction, le bijou a été développé en Byzance où, en addition aux pierres précieuses, l’émail a eu un rôle important, comme l’élément de l'ornement coloré, même plus important que la pierre précieuse. En Byzance, à l'exception des formes de la nature, les formes géométriques ont prévalu. En cet sens, le filigrane s'est formé.

Pendant l'art romaine, l’émail a remplacé les pierres précieuses. Pendant l'art de style ogival, le bijou s'est changé seulement dans le sens qu'il a repris la forme de l'architecture ogivale. Le bijou de la période renaisscentiste s'est retourné aux formes classiques, partiellement il était composé des éléments architecturales et par la prise de plusieurs éléments de l'Orient il a attiré une richesse et une pompe inconnues antérieurement. Benvenuto Cellini est le plus important représentant des bijoux renaisscentistes.

Le bijou en style baroque donne pas libre aux formes architecturales et apprécie les pierres précieuses, étant pompeux, mais en mémé temps difficile.

Les bijoux rococo sont caractérisés par les ornements compliqués, spécialement par les fleurs et par les feuilles. Au début du siècle, le bijou représente la forme classique et puis devient difficile et monotone, au milieu du siècle, il est remplacé par une manque de style. Dans nos jours, le bijou est caractérisé par une incertitude, et aussi les autres branches de l'art.